Toute hypnose est de l’auto-hypnose :

Ce postulat est celui de Dave Elman un hypnotiseur Américain du début du XXe siècle. Le célèbre psychiatre et hypnothérapeute Ericksonienne (Milton H. Erickson) est dans ce même courant de pensées.

Est-ce exact ?

En assimilant l’hypnose à de l’auto-hypnose il faut se pencher sur le fonctionnement de la transe hypnotique. L’hypnose est un état naturel, que nous connaissons tous. C’est cet état que nous connaissons quand durant un certain laps de temps, nous sommes en pilotage automatique inconscient (être arrivé à destination alors que l’on ne s’est pas « consciemment » rendu compte du parcours réalisé en voiture).

Toute hypnose est de l'auto-hypnoseL’hypnothérapeute qui induit une transe hypnotique suggère des possibilités à votre inconscient pour accéder à la transe. Ce n’est que parce que votre partie inconsciente intègre et accepte ces suggestions, qu’une transe peut s’installer.

L’auto-hypnose fonctionne de façon assez identique. En auto-hypnose, le dialogue s’installe à l’intérieur de vous (votre part consciente suggère des possibilités à votre part inconsciente).  C’est ainsi que la transe hypnotique s’installe graduellement et à votre rythme. Ce qui semble extrêmement simple en lisant ces quelques lignes demande cependant une bonne pratique et un peu de persévérance. Des ateliers d’auto-hypnose vous permettent de mieux assimiler des techniques d’induction ainsi que la façon de converser avec votre inconscient pour atteindre les objectifs souhaités.

Toute hypnose est de l’auto-hypnose

Peut-on faire de l’auto-hypnose en écoutant une bande sonore ?

L’état de transe peut être atteint avec un support audio. L’auto-hypnose étant un dialogue avec soi-même, la bande sonore ne vous apporte pas cette possibilité. Le plus fréquemment, il s’agit d’une aide précieuse pour atteindre un état de relaxation agréable.

A quoi sert l’auto-hypnose ?

L’auto-hypnose est un outil merveilleusement polyvalent pour trouver ou retrouver un état souhaité. Il permet de mieux gérer la douleur, retrouver le sommeil, se libérer pour plus de créativité, faciliter les apprentissages et études, renforcer un travail fait avec votre hypnothérapeute, explorer et installer des ressources pour passer un cap de vie,… L’auto-hypnose est en outre un des outils les plus efficaces pour maîtriser son stress au quotidien.

La pratique de l’auto-hypnose permet de se concentrer sur soi et de se libérer des pressions quotidiennes.

L’auto-hypnose est avant tout une question de discipline. Pour y arriver, il faut pratiquer. Voir également, se former ateliers auto-hypnose.

Si vous manquez de discipline ou que le thème à aborder est trop délicat, mieux vaut vous faire aider lors d’une séance guidée par un hypnothérapeute.

« L’auto-hypnose ne se substitue d’aucune façon à un traitement médical ou thérapeutique. »

L’auto-hypnose, sans risque ?

Pour éviter tout dérapage éventuel, il est important de placer quelques fusibles qui vont délimiter et sécuriser le voyage hypnotique. Avant toute séance, l’on va clairement définir les éléments suivants.

  • Dans le positif : Il n’y a que les expériences et ressources utiles et agréables que nous allons rencontrer. Ce fusible vous permettra de réduire tout la tristesse d’un souvenir, de tourner la page. Nous utiliserons et nous répéterons ce fusible tout le temps!
    « Inconscient, je te demande de me faire passer une séance positive et agréable»
  • Dans le présent et le futur: La transe se déroulera toujours dans le présent ou dans le futur (pas de régression dans le passé! Si certains aspects que vous souhaitez traiter se trouvent dans votre passé (ce qui est probable) faites-vous accompagner par une hypnothérapeute qualifié. « Inconscient, durant cette séance, tout ce que nous allons expérimenter et vivre se situe dans le présent ou dans le futur. »
  • En restant alerte et prêt à agir: Dans les phases les plus agréables de la transe, nous pourrions perdre la notion de ce qui se passe autour de nous. Il est indispensable de laisser nos facultés de veille actives si un retour urgent est nécessaire.
    « Inconscient, si il faut que je retourne en état normal rapidement durant cette expérience,  fais-moi retrouvez pleinement conscience et possédant toutes mes capacités normales de manière immédiate. »
  • Durée – Revenir au bout de x minutes – : Le temps sous hypnose peut varier de manière assez impressionnante. Parfois 20 minutes ressemblent à seulement 5 minutes. Je vous conseille de définir un temps maximal pour votre séance (éventuellement faites-vous aider par une sonnerie). En règle générale, l’inconscient enregistre dans notre horloge biologique la durée souhaitée. Vous serez étonné de sortir de transe dans les délais.
    « Inconscient, fais-moi regagner mon état ordinaire au bout de x minutes. »

Vous pouvez bien entendu inclure d’autres fusibles qui sont adaptés pour p.ex. Vous isoler de bruits ambiants (ou vous en servir …)

Et comme toujours, si vous voulez plus de renseignements sur ce sujet (ou tout autre), contactez-nous : thierry.moens@hicnunc.org

Renseignez-vous également sur les possibilités de vous former lors des ateliers auto-hypnose.

Toute hypnose est de l’auto-hypnose

Manque de confiance en soi.

L’hypnose thérapeutique est un outil fort performant pour retrouver la confiance en soi. C’est une des demandes les plus fréquentes et en même temps elle revêt un vaste champ d’action.

Le manque de confiance est un comportement / une attitude qui s’installe graduellement. A la naissance et lors de nos premiers apprentissages, le doute n’est que très rarement présent. On ne se pose pas de questions sur ce que nous sommes capables de faire ou pas.

confiance-en-soi

manque de confiance en soi

L’apprentissage de la marche en est un excellent exemple. Malgré le fait que nos premiers pas nous ont fait tomber des centaines de fois, personne ne s’est demandé s’il en avait réellement les capacités ou de quoi il avait l’air. Les étapes se succèdent et un beau jour, vous marchez à la plus grande joie de vos parents qui vous observent.

 

 

C’est en grandissant, que votre éducation ou certaines expériences de votre vie ont vu se développer la peur de mal faire, d’être en échec, la peur d’être jugé ou encore une volonté de perfection qui a pu freiner votre élan. Pour certains même la pensée de réussite imminente devient une crainte. Ces comportements limitants qui sont entrés dans certains aspects de votre vie, vous empêchent de vous lancer dans un projet. Vous n’osez pas prendre position ou vous affirmer, ils vous bloquent quand vous avez à parler devant un groupe ou certaines personnes.

Les personnes confiantes sont souvent décrites comme n’ayant « peur de rien ». La différence majeure, c’est qu’elles ont un rapport à l’échec différent. Les gens qui réussissent, parlent avec aisance de toutes les erreurs qu’elles ont commises et de tous les pièges déjoués, avant d’en arriver à leur but. Elles racontent ce qu’elles ont appris et à quel point ces apprentissages leur ont été précieux pour (s)accomplir ce qu’elles ont réalisé. L’absence de peurs, est un état d’esprit qui permet à chacun de donner le meilleur de lui. Progresser signifie intégrer et prendre plaisir à toutes les étapes comme lors de l’apprentissage de la marche. Elles font partie de l’apprentissage et renforcent notre confiance.

Manque de confiance en soi.

Que vous dites-vous quand vous n’avez pas confiance? « Je ne vais pas y arriver » ou plutôt « Je suis nul »? Il y a souvent confusion entre la confiance en ses capacités et la confiance en soi. Il s’agit dans ce dernier cas souvent d’un manque d’estime de soi, de l’image que l’on a de soi, de sa valeur. On se compare volontiers aux autres, ou il s’agit d’un hyper-perfectionnisme ou d’une hypersensibilité aux critiques. Mal prendre un commentaire ou se sentir inférieur sont quelques-unes des traductions d’un manque d’estime. Progresser signifie dans ce cas, s’accepter et trouver une direction pour dépasser son autocritique et le jugement (parfois présupposé) des autres. Ceci permet de retrouver la stabilité souhaitée pour dépasser les blocages et profiter de chaque situation.

Il est important et utile de faire cette différence pour comprendre exactement ce qui vous gêne aujourd’hui et d’entreprendre un travail précieux et fructueux en hypnose. Les résultats obtenus dépassent souvent l’objectif et atteignent d’autres aspects de la vie de la personne.

Pour tout complément de renseignement ou pour prendre rendez-vous, contactez-nous.

Hypnose, développer ses compétences

Toute personne possède déjà en elle les ressources, les compétences, les capacités d’auto-guérison et de changement. Dès lors, l’hypnose (l’hypnothérapie) vise moins à installer de nouvelles compétences qu’à activer et amplifier celles dont vous disposez déjà à un niveau inconscient.

L’aide apportée en hypnose (et ensuite via l’auto-hypnose) fait appel à votre propre expérience et en facilite la (re)découverte et l’amplifie.

Le postulat de compétence existante permet également de réaliser une « auto-actualisation ». (comme une mise à jour sur votre PC).  La vision du monde est toute relative et, dès lors, en acceptant cette relativité, la notion de compétence que l’on peut développer au gré des nécessités et de la progression de son parcours de vie est logique.

Nous sommes chacun d’entre nous, l’expert de notre vie – de son contenu et de toute sa finesse. Progresser signifie donc ouvrir son réservoir à capacités latentes pour en extraire les ressources qui permettront de grandir et de franchir le cap suivant.

C’est pour cette raison, que de nombreux problèmes d’ordre psychologiques ou physiologiques se traitent par l’hypnose. Notre inconscient, c’est un peu comme un réservoir plein de talents qu’il suffit de stimuler pour qu’ils s’expriment à nouveau ou de façon amplifiée.

Hypnose, quelques applications

  • les phobies, l’anxiété et le stress,
  • les addictions (tabac, …), les comportements systématiques,
  • la réalisation d’apprentissages, le « dépassement de soi », la prise de
    décisions,
  • l’énurésie,
  • les troubles du sommeil,
  • les deuils, les chocs émotionnels, les images traumatisantes,
  • les douleurs chroniques,
  • certains symptômes d’origine allergique,
  • et bien d’autres encore.

Hypnose, développer ses compétencesQuand j’accompagne une personne en hypnothérapie, je ne suis que l’acteur qui facilite la navigation – au sein des ressources existantes –  en l’accompagnant par des processus qui mènent au changement.

C’est le climat de confiance et de collaboration entre sujet et thérapeute qui mène au résultat. L’art de la réussite passe par une écoute de la parole du sujet. Plus tard, le thérapeute utilise et amplifie les compétences existantes.

Hypnose, développer ses compétences

– Suivre et conduire :

Le processus : « pacing » et « leading »

En hypnose, la technique du « pacing » consiste à suivre, respecter et ratifier les actes du client : ses compétences. Il s’agit de suivre pas à pas ce qui vient du sujet en respectant son rythme.

Ce n’est qu’au terme de ce processus de suivi que le thérapeute peut, dans un second temps, orienter le changement – « leading » – mais toujours dans la direction prise par le sujet et en précédant de peu son intention.

Il s’agit de pousser le navire dans la direction du vent. Par conséquent, conduire signifie ici « amplifier » le mouvement amorcé par le client tout en l’infléchissant très légèrement de sorte que la déviation obtenue s’inscrive « naturellement » dans la « mouvance », un peu comme lorsqu’on danse avec une cavalière.

contact

HYPNO-THERAPIE, QUEL EST VOTRE OBJECTIF ? 

Les hypnothérapeutes font souvent état de cas forts intéressants dans lesquels ils ont accidentellement évoqué des souvenirs liés à un état donné et oubliés depuis fort longtemps.

Par exemple, une femme qui consultant Miton Erickson souhaitait vivement qu’il ait recours à l’hypnose pour aider à recouvrer les souvenirs de l’accouchement de son premier enfant. Dans ce cas soigneusement retranscrit mot à mot, la femme en question est parvenue à retrouver à l’aide de l’hypnose , certains des détails de son premier-né qui avait eu lieu trois mois auparavant.

l'infini

HYPNO-THÉRAPIE, QUEL EST VOTRE OBJECTIF MIEUX-ÊTRE?

Ce cas est particulièrement intéressant parce que, au cours du processus de réminiscence des souvenirs de l’accouchement, elle a « accidentellement » retrouvé aussi des expériences traumatisantes antérieures, qu’elle avait oublié depuis plusieurs années.

En recouvrant, avec l’aide d’Erickson, l’expérience de ces traumatismes précoces, elle a pu réorganiser une part importante de sa vie émotionnelle, ce qui l’a amenée, en très peu de temps, à une surprenante maturation de sa personnalité.

Le travail hypno-thérapeutique implique souvent une action thérapeutique à deux niveaux ou d’avantage. On trouve :

  1. Le problème présenté consciemment par la personne (le problème qu’il présente au thérapeute, comme par exemple cette personne qui souhaitait recouvrer des souvenirs d’accouchement) et
  2. Plus inconsciemment … d’autres problèmes « dépendants de l’état » qu’il ne savait pas comment exprimer clairement (comme les traumatismes précoces  de la patiente ci-dessus).

HYPNO-THERAPIE, QUEL EST VOTRE OBJECTIF ?

Le travail que réalise le thérapeute est habituellement centré sur le problème que présente consciemment la personne. En pratiquant une transe partielle (par exemple, une catalepsie d’un membre), le thérapeute formé à cette technique, peut également questionner la validité de la question consciente en s’adressant à la partie inconsciente (déjà en transe).

wild flower & colours

HYPNO-THERAPIE, QUEL EST VOTRE OBJECTIF ?

Cette technique de double validation de la demande (consciente et validation par l’inconscient) permet une efficacité bien plus grande dans l’accompagnement et l’atteinte du véritable objectif de la personne.

 

En cas de questions, n’hésitez pas à me contacter en suivant ce lien demande de renseignement – contact .

Thierry

Hypnothérapie Nîmes

références : Du symptôme à la lumière,Ernest L. Rossi / éditions SATAS.