Qu’est ce que la thérapie brève?

On parle souvent de thérapie brève, de quoi s’agit’il?

La définition de la thérapie brève est vaste et peut regrouper et intégrer plusieurs disciplines différentes. Comme son nom l’indique, elle se base sur l’atteinte rapide et durable de résultats.
 
Les thérapies brèves voient leur naissance dans les années 50 aux Etats-Unis. C’est une forme de thérapie dont l’atteinte des objectifs se fait en un nombre de séances limité. De nombreuses approches, dont l’hypnose et la méthode DECEMO (issu de l’EMDR) cadrent dans l’appellation « thérapie brève ». Généralement moins de dix séances permettent de résoudre de nombreux problèmes. La Thérapie Brève, se présente comme une possibilité d’effectuer un changement. Dans son accompagnement, le thérapeute pousse plus loin la personne afin de réaliser les changements intérieurs attendus
 
Milton Erickson est décrit comme le père de la thérapie brève, de nombreux autres ont largement contribué à son développement à l’école de Palo Alto, en Californie.
Qu'est ce que la thérapie brève?Même si la définition de la thérapie brève insiste sur la rapidité des résultats, c’est son efficacité qui lui a permis de se développer.

Qu’est ce que la thérapie brève

Objectif changement

L’objectif d’une thérapie brève est d’accompagner la personne qui consulte vers son changement, sans l’étiqueter, sans la juger, sans mettre en cause qui elle est. La personne est autonome,  exprime le souhait de progresser et dispose de ressources pour changer le cours des événements.
 
Pouvoir (vouloir) agir est le point de départ. Il y a chez la personne qui consulte le souhait de laisser émerger une possibilité qui dépasse la situation dans laquelle elle est bloquée.
La thérapie brève propose une approche alternative des troubles rencontrés. L’accent est placé sur  « la perception et la réaction de la personne ». Ce n’est pas la personne qui est visée mais le processus dans lequel il est impliqué.

La thérapie brève est fort différente des thérapies cognitives et comportementales basées sur des méthodes d’habitude et de changement d’habitudes. Elle est aussi loin des thérapies analytiques et de la psychanalyse. Elle ouvre sur une approche orientée vers la solution, plutôt que sur la compréhension de ce qui est arrivé il y a plus ou moins longtemps.

C’est une forme d’accompagnement axée sur le relationnel, au cœur de laquelle les émotions jouent un rôle discret et central.

Le symptôme, le problème, n’est pas le problème. La thérapie brève s’oriente vers la solution qui permet d’accéder au résultat souhaité de façon durable.
 

Des thérapies brèves orientées bonheur.

Hypnose et DECEMO (issu de l’EMDR), le bonheur, un apprentissage ?

Lors de consultations, nombreuses sont les personnes qui formulent leur objectif par une phrase courte « je veux aller bien ». Ces quatre mots d’une simplicité inouïe, sont une autre façon de définir l’atteinte souhaitée du bonheur.

Le bonheur, c’est cet état « ou on va bien » sans se poser trop de questions… C’est un état normal.

Et pourtant, certains ne parviennent pas à atteindre cette façon d’être.

En observant ce qui les entoure, c’est comme si un voile filtrant se dressait empêchant la lumière de percer. Le monde est terne ou on a l’impression de ne pas en faire partie.

Hypnose et DECEMO (issu de l’EMDR), le bonheur, un apprentissage ?

Les émotions et les perceptions

Certaines émotions sont comme des voiles qui empêchent le bonheur de percer. Du coup, quand le voile se dresse, c’est comme si notre état émotionnel ne nous appartenait pas. Nous subissons nos émotions négatives et elles prennent possession de nos journées. Au plus les journées se suivent, au plus ces tendances s’installent et se développent et nous devenons ce que nous vivons. Les gens disent ensuite d’eux-mêmes  qu’ils sont : « pessimiste, mélancolique, triste, peureux, craintif». L’immuable s’installe avec l’acceptation de vivre coupé de nos sensations et émotions agréables.

Hypnose et DECEMO (issu de l’EMDR), le bonheur, un apprentissage ?

Peut-on éduquer le cerveau au bonheur ?

Sans vouloir trop simplifier et prétendre que tout est une question de choix … conscient, la connaissance actuelle du cerveau permet de dire que se conditionner au bonheur et s’épanouir dans nos émotions agréables est comme une éducation.

Les thérapies brèves dont font partie l’hypnose et la méthode DECEMO permettent de lever le voile pour libérer nos perceptions et retrouver nos émotions. C’est d’abord un choix réel de prendre son changement en main puis cela devient un art de vivre, un moyen d’abandonner les préjugés pour partir à la découverte de soi.  Etre heureux, c’est être pleinement conscient et en accord avec les choix que nous faisons.

Hypnose et DECEMO (issu de l’EMDR), le bonheur, un apprentissage ?

Le bonheur serait donc aussi simple que de reconnaître nos ressentis et développer la possibilité d’évoluer vers ce qui nous plaît ?

Et si nous (ré)-éduquions notre potentiel à « être » heureux ?

Thierry Moens, hypnothérapeute et praticien DECEMO à Nîmes

07.60.23.62.62 - thierry.moens@hicnunc.org - http://www.hicnunc.org

Une thérapie pour les chocs émotionnels

Un choc émotionnel ?

Les traumas ou les expériences négatives de la vie, bouleversent le traitement de l’information par le cerveau. Suite à un déséquilibre ou un choc, le traitement des informations est perturbé et empêche d’arriver à une solution ou notre comportement s’adapte à la situation.

C’est comme si nos émotions, nos perceptions et la compréhension restaient verrouillées dans notre système nerveux.

La méthode DECEMO (Désensibilisation de Chocs Émotionnels par Mouvements Oculaires), issue de L’EMDR et enrichie par de nombreux autres apports, offre une réponse performante dans l’accompagnement des chocs émotionnels. Le terme de choc traumatique fait fréquemment penser à des expositions violentes que nous aurions subies. Il me semble important de mieux clarifier l’application de la méthode. Toute exposition qui laisse des traces émotionnelles, peu importe la gravité de l’acte lui-même, peut représenter un choc émotionnel non-digéré. Il peut s’agir d’une perte d’estime de soi suite à la répétition de phrases qui ont marqué votre enfance ou une relation pendant laquelle vous avez été manipulée et cela va jusqu’au choc violent subi.

Le choc émotionnel, ce sont ces souffrances avec une perception émotionnelle et / ou  physique douloureuse. Dans certains cas, ils sont la conséquence d’incidents ou l’intégrité physique ou morale de la personne a été directement ou indirectement menacée.

Une thérapie pour les chocs émotionnels

Comment retraitons-nous les informations en cas de choc émotionnel ?

Quand nous stockons une information relative à un traumatisme, notre cerveau archive les données de façon fragmentées. Les images, les sons, les odeurs, certaines perceptions corporelles, sont stockées séparément ce qui complique leur intégration dans notre mémoire, de manière adaptée. Le cerveau est généralement tout à fait en mesure de traiter des informations chargées émotionnellement. La majorité des personnes ayant subi un  (1) traumatisme de gravité moyenne parvient à traverser cette expérience sans aide thérapeutique.

L’accompagnement par la méthode DECEMO est conseillée pour ceux qui, bloqués dans leur retraitement de l’information, ne parviennent pas à dépasser ce stade. La stimulation par mouvements oculaires, accompagnée de compléments tels que la perception corporelle et la création d’un cadre futur accélère le retraitement des informations. La méthode DECEMO permet de désensibiliser le vécu traumatique pour restructurer le fonctionnement de la personne. Le balayage oculaire avec accompagnement thérapeutique, stimule chez la personne un processus de retraitement de l’information.

La thérapie DECEMO

Retraiter les informations traumatiques permet de passer d’un vécu déraisonné (on subit son traumatisme sans avoir d’emprise sur lui) à un vécu raisonné (les choses semblent soudainement faire partie d’un cadre que l’on peut maîtriser, voire dont on peut prendre une distance confortable).

La magie en thérapie n’existe cependant pas. Ce n’est pas le thérapeute qui détient les clés des améliorations. C’est la personne qui progresse et travaille à son changement. Victoire après victoire, le changement s’intègre de façon normale.

Le but de la méthode DECEMO est de parvenir à la désensibilisation d’un choc émotionnel en préservant l’équilibre émotionnel de la personne dans le cadre thérapeutique et de se reconstruire dans un présent constructif. La méthode DECEMO va en premier lieu travailler sur le vécu traumatique de la personne avec ses dimensions émotionnelles et corporelles et la compréhension de la personne ayant vécu le choc. Lors de la thérapie, on observe  que le niveau du ressenti diminue au fur et à mesure. Au fil des épisodes de stimulations le souvenir  traumatique évolue vers un niveau émotionnel de moins en moins intense. Se crée en final une représentation plus neutre ou la part d’affect est plus adaptée. A la fin du l’accompagnement, l’image traumatique initiale cesse d’être négative et douloureuse et une bonne estime de soi est rétablie.

Après chaque séquence de travail (il y en a plusieurs par séance), on questionne brièvement la personne. Lors de ces séquences, la personne crée fréquemment des chaines associatives ou des images spontanées apparaissent créant un lien vers la désensibilisation profonde.

Dans certains cas, je propose un lien avec un travail qui se fait en hypnose (hypnothérapie).Ceci permet de travailler sur l’imagerie et sur l’approche contextuelle de certains événements. L’hypnose permet en complément de travailler sur la futurisation (se reconstruire un futur agréable et souhaité après avoir désensibilisé ce qui y faisait barrage).

Dans quels cas ?

La méthode DECEMO s’applique à toutes situations qui provoquent une émotion ou une gêne à l’évocation d’une vécu passé (traumatisme, violence, choc émotionnel) ou future (peur par anticipation ou développement de stratégies d’évitements pour ne pas avoir à s’exposer).

Les chocs peuvent être isolés ou de nature ramifiée (un enchaînement d’incidents sur un parcours de vie qui mène à une perte de confiance). Il y a bien entendu les chocs émotionnels importants mais également bon nombre événements qui nous marquent de façon durable.

Quel que soit l’importance du choc, le but dans l’aide thérapeutique apportée est de permettre à la personne de transformer la part émotionnelle douloureuse en une émotion neutre.

A propos de moi.

Je suis thérapeute installé à Nîmes dans le Gard, certifié en thérapie DECEMO ainsi qu’en hypnothérapie, en cranio-sacrée et en Reiki (que j’enseigne également). Ces différentes formes d’accompagnement cadrent dans ce que l’on qualifie de thérapies brèves etle travail psycho-corporel.

Pour plus de renseignements : thierry.moens@hicnunc.org ou 07.60.23.62.62

Chocs – Troubles émotionnels

Désensibilisation Chocs Émotionnels par Mouvements Oculaires, DECEMO issu de l’EMDR

Qu’est-ce qu’une émotion?

Les émotions ne sont par définition ni positives, ni négatives, elles « sont». Elles nous appartiennent et nous informent sur notre réalité intérieure et demandent à être entendues.

une émotion - un rêve - HIC & NUNC« A chaque émotion correspond un besoin. Un ensemble de perceptions, de sensations, d’émotions, d’imaginations, de pensées nous habite. Nous pouvons les considérer comme des invités dans notre maison. Nous ne sommes aucune d’entre elles et toutes à la fois. Quand certains invités prennent trop de place ou nous importunent, il est temps de leur demander de partir… »

La vie est-elle prévisible?

Il est communément accepté que la vie soit relativement prévisible: « sécurisée, ayant un sens, rationnelle et juste ». Après un choc émotionnel ou expérience traumatisante, notre attente normale est bouleversée de façon abrupte. Soudainement, la vie devient imprévisible, insécurisée, sans but, irrationnelle et injuste.

Chocs – Troubles émotionnels

Les émotions fortes (chocs émotionnels) correspondent à des informations qui prennent dans notre fonctionnement, la priorité sur toutes les autres informations. Elles ont une fonction d’alerte.

Chocs - troubles émotionnelsUn choc émotionnel risque de laisser une trace marquante de cette alerte, on parle alors d’une blessure émotionnelle, chez la personne concernée. Le souvenir est en permanence présent, où il angoisse et peut se transformer en souffrance corporelle. Pour y échapper, certains développent des stratégies d’évitement.

Désensibiliser l’impact du choc émotionnel permet de sortir de l’impasse douloureuse. D’autant que pour se préserver, on dépense de l’énergie et on réduit sa disponibilité mentale : « celle-ci est pourtant indispensable pour continuer à s’ouvrir sur le monde et à se construire ».

Reprendre son cours de vie après un événement traumatique ou choc émotionnel n’est parfois possible que moyennant d’énormes efforts.

Les émotions non-traitées peuvent au fil du temps générer des manifestations de stress: « nervosité permanente, tendance à l’anxiété allant croissant, montées de paniques irraisonnées, mal-être voire parfois dépression ».

Des comportements et symptômes peuvent s’installer comme réaction défensive (addictions, comportements antisociaux, insomnies, un dérèglement alimentaire, ou encore une perte de libido…etc.).

Quand le corps s’en mêle, il arrive que des symptômes chroniques se développent, appelés somatisations.

Chocs – Troubles émotionnels

La méthode DECEMO

La méthode DECEMO permet une renaissance après un choc émotionnel. Cette technique de désensibilisation des chocs émotionnels par les mouvements oculaires n’efface pas les souvenirs de la mémoire. Elle permet d’en désensibiliser le souvenir corporel et / ou psychique.
Comme les techniques EMDR et IMO, DECEMO fait partie des neuro-thérapies. Elle permet au cerveau d’intégrer la charge émotionnelle d’un souvenir traumatique.

La méthode DECEMO (DEsensibilisation aux Chocs Emotionnels par les Mouvements Oculaires) est une optimisation des méthodes EMDR et REINEIT (REinformation Neuro-Émotionnelle pour une Intégration optimale des Traumatismes).

Pour plus de renseignements n’hésitez pas à contacter Thierry Moens au 07.60.23.62.62


La technique d’EMDR a été inventée en 1989 par Francine Shapiro, 
psychologue et membre du Mental Research Institute de Palo Alto. 
L’EMDR a été importée en France par David Servan-Schreiber 
(Best-seller « Guérir ») et est reconnue par l’INSERM depuis 2004.