Anxiété, les troubles anxieux

Les troubles anxieux ou l’anxiété sont des troubles psychologiques liés à la peur.

Du point de vue de l’évolution, c’est une des émotions de bases parmi les plus anciennes. Le sentiment incontrôlable de la peur existe depuis la nuit des temps : « elle nous sert à nous protéger des dangers ».

Quand notre mécanisme de la peur est perturbé, cela peut conduire à des troubles. L’intensité des réactions peuvent alors envahir l’individu et gêner profondément sont fonctionnement normal. Son intensité peut varier d’un sentiment d’insécurité à la terreur. L’anxiété n’est pas atténuée par le fait de savoir que la situation en question n’est pas considérée comme dangereuse ou menaçante par les autres. La peur focalise l’attention du sujet qui ne parvient plus à prendre de la distance et du recul face à ses craintes.

Anxiété, les troubles anxieux. HIC & NUNC - Hypnose NÎmes

Anxiété, les troubles anxieux.

 

Une autre forme de perturbation concerne le déclenchement inconscient.

Chacun réagit de façon différente à  ces perturbation et développe un ressenti, une gêne face à l’anxiété non maîtrisée. Ils peuvent se présenter tels que décrits ci-dessous ou être une combinaison quelconque de ceux-ci:

  • sensation de « boule ou de poids dans le ventre ou ailleurs« 

  • le cœur qui s’emballe, battant vite et/ou fort

  • transpirations – suées, mains moites

  • palpitations ou tremblements

  • souffle coupé, impression de ne plus pouvoir respirer normalement

  • jambes flageolantes ou molles

  • étourdissements, vertiges, malaise vagal

  • sensation de dépersonnalisation

  • nausées, et autres problèmes abdominaux

Les personnes qui ressentent ces symptômes et qui ne savent pas ce que c’est, ont tendance à les interpréter de manière incorrecte. Cela génère le sentiment qu’elles sont en train de perdre le contrôle de soi et peut aller jusqu’à croire qu’elles sont en train de mourir ou qu’elles sont victime d’une attaque cardiaque par exemple. Les croyances amplifient la peur et peuvent transformer une petite angoisse en une horrible attaque de panique.

Inutile de préciser que les répercussions peuvent être importantes dans la vie des personnes qui en souffrent. Ayant identifié le déclencheur, elles vont développer des stratégies d’évitement. C’est notamment le cas  pour la phobie des autoroutes. La personne n’utilisera plus que des routes nationales ou départementales, ce qui complique terriblement les trajets et la vie au quotidien. En extrême, cela peut mener à de l’agoraphobie, où la personne, de crainte de s’exposer ne va plus sortir de chez elle, le seul refuge où elle se sent à peu près en sécurité.

L’intensité très élevée de ces réactions peut être due à différents facteurs. La peur peut être liée à l’idée de mourir, ce qui est le danger le plus extrême. Elle peut venir de l’enfance, à une époque où la personne se sentait très vulnérable et où le moindre danger pouvait prendre des dimensions considérables.

Anxiété, les troubles anxieux

Accompagnement par l’hypnose et la méthode DECEMO

La peur est déclenchée par une association qui est faite au niveau inconscient entre une situation vécue (ou imaginée) et un modèle enregistré dans la mémoire émotionnelle. Même si les éléments de comparaison ne sont pas identiques, mais comparables, l’émotion associée (la peur) est déclenchée. Celle-ci provoque des réactions psychiques et physiologiques sensées mettre l’individu dans un état favorable à la fuite ou au combat. Une peur enregistrée peut rester indéfiniment, même si le contexte a changé. Pour certains, elle reste inactive durant de longues périodes et resurgit à l’occasion d’un choc émotionnel sans rapport direct. C’est entre autre le cas pour les peurs de l’enfance qui peuvent resurgissent en bloc à l’âge adulte

L’aide apportée par l’hypnothérapeute se déroule en différentes séquences. La méthode DECEMO permet de désensibiliser certaines perceptions corporelles liées à la peur. Cette méthode, crée un terrain neutre, favorable à la reconstruction des étapes suivantes.

Il convient ensuite bien souvent de faire découvrir à la personne qu’elle a la possibilité de trouver en elle des ressources sécurisantes. Cela se passe, par exemple en lui faisant découvrir en elle l’accès à un espace calme et sécurisant auquel elle a toujours accès.

Vient ensuite l’identification du schéma enregistré. Tout schéma est le résultat d’apprentissages inconscients acquis à un moment donné de la vie, en vivant un certain événement. On utilise les propriétés remarquables de l’hypnose de pouvoir vivre une scène en prenant de la distance. Ceci permet de pouvoir cibler ce schéma en le réactivant de manière très atténuée. La réactivation ne déclenche pas d’attaque de panique, c’est inutile pour la thérapie. Toutes les précautions sont prises pour que cela se fasse le plus confortablement possible.

L’effacement de l’association avec la peur est la dernière. Cela se fait en ré-association à l’événement enregistré une nouvelle émotion neutre ou agréable. Il s’agit d’une forme de réimpression qui est faite sur le souvenir initial. Il peut être nécessaire de refaire plusieurs fois cette phase pour que l’effacement soit bien solide.

« L’hypnose est un complément de la médecine traditionnelle, elle ne se substitue à aucun avis ni traitement médical. »

Pour tout renseignement ou prise de rendez-vous, contactez nous

adhérent au Syndicat National des Hypnothérapeutes

adhérent au Syndicat National des Hypnothérapeutes

 

 

 

 

 

 

Anxiété, les troubles anxieux

Quelques exemples

Crises de panique

Martine., 50 ans

Martine souffre de crises de panique depuis l’âge de ses 7 ans. Elle se souvient que déjà enfant, elle se mettait en boule pour mieux contrôler les douleurs abdominales quand elle se sentait mal. Longtemps, elle a tout pu contrôler sans souffrir. Depuis quelques années, elle recommence à souffrir de douleurs abdominales tout à fait imprévisibles. Cela peut se déclencher chez elle, comme dans n’importe quel autre lieu. Quand cela arrive, elle a une sensation de boule dans le ventre qui l’oblige à se recroqueviller sur elle-même pour maîtriser la douleur. L’exploration sous hypnose a permis de mettre en relief la relation entre ses crises et des souvenirs familiaux enfouis. Un travail de recadrage hypnotique sur ces souvenirs a permis de diminuer puis de faire cesser les crises de panique.

Durée: 4 séances

Phobie de la vitesse – de l’autoroute

Martin, 47 ans

Martin est venu consulter pour une phobie des autoroutes. Il peut conduire avec une certaine aisance sur des routes secondaires, mais il est incapable de prendre une autoroute sans ressentir une peur panique et avoir la sensation de perdre le contrôle. Dès qu’il dépasse une vitesse de 70 Km/h, la panique l’envahit et il se sent oppressé. Souhaitant reprendre son ancien métier de délégué commercial, cela le gène énormément et l’empêche de réaliser son projet

L’exploration a révélé que ces « symptômes » se sont installés au décès de son père. A cette période de sa vie, Martin a fréquemment pris la route pour régler de nombreux problèmes et n’a jamais pris le temps de faire son deuil. Le lien entre route et décès est donc omniprésent et l’empêche de progresser. La technique de réimpression est utilisée à partir de ce souvenir pour séparer la peur du déclencheur. Depuis, Martin roule à nouveau sur les autoroutes, il a toujours quelques petites appréhensions salutaires qui lui permettent de conduire prudemment, mais sa phobie a disparu.

Durée: 3 séances

Phobie de la route

Agnès B, 72 ans

Agnès est retraitée et vit seule. Depuis des dizaines d’années elle souffre d’angoisses à chaque fois qu’elle prend un moyen de transport. Et comme l’angoisse est prenante, chaque voyage résulte en un vomissement. Elle ne se déplace presque plus, car elle se sent particulièrement mal et ne veut pas imposer son mal-être aux autres. Quand elle se déplace quand même, invitée et forcée, elle prévoit tout ce qui peut être nécessaire pour son accident de parcours (vomissement).

Un premier travail sur ses angoisses a permis à Agnès de se sentir rapidement beaucoup mieux. Au bout d’une séance, elle reprend le bus pour quelques courts trajets. Elle reprend confiance et se sent prête pour le grand travail (les grandes distances). Après la deuxième séance et un travail d’ancrage de ressources, Agnès reprend entièrement goût à la vie et planifie ses prochaines excursions entre amis.

Durée : 2 séances

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *