Le deuil après un décès, une rupture, un choc.

Bien que le terme soit généralement associé au décès d’un être cher, l’on fait également le deuil d’une relation, d’une situation, lors d’un changement professionnel, la perte d’une capacité (handicap). Même si toutes ces situations peuvent paraître éloignées, elles ont en commun un changement qui affecte le cours de la vie : « elles nécessitent d’accepter que ce qui était ne sera plus ».

 Le deuil se décompose généralement en cinq phases.

Quand nous sommes confrontés à la perte, la première réaction est celle d’être sous le choc suivi d’un déni. Il nous est impossible d’y croire et certains vont jusqu’à  s’isoler. Survient ensuite la colère, parfois associée à un sentiment de culpabilité et de marchandage pour essayer de modifier le cours des choses et des réalités. Ceci peut mener à la dépression. A la fin de cette succession, on arrive à l’acceptation. C’est là que nous pouvons reprendre le cours de notre vie.

Est-il important de savoir dans quelle phase du deuil on se trouve ?

De nombreux spécialistes se sont penchés sur ces phases du deuil. Ce cycle est celui que nous traversons tous avant d’en arriver à la phase finale, « l’acceptation ». Reconnaître ce parcours des 5 phases n’a d’importance que parce que l’on sait qu’il y a une fin : « l’acceptation et la reconstruction ». (les 5 étapes du deuil, par Elisabeth Kübler-Ross)

Bien entendu, chaque deuil est vécu différemment:

  • Dans nos civilisations, la relation à la mort ou à la séparation sont fort compliquées. Nous avons tendance à occulter la mort et la séparation pour ne célébrer que la vie et la réussite.
  • Le décès ou la rupture font également émerger tout ce qui n’a pas pu être dit, pardonné ou échangé. Les rapports changent entre individus.
  • L’absence d’une personne oblige à chacun de redécouvrir sa nouvelle place et de s’intégrer dans son nouveau rôle. Il faut découvrir puis consolider cet équilibre fragile.
  • De nombreux autres aspects interviennent dans la rupture et le décès. La façon et les circonstances peuvent en compliquer l’acceptation.

Comme pour tout changement, c’est votre décision de progresser qui est déterminante. L’hypnose permet de franchir les phases les unes après les autres et ainsi dépasser la tristesse. L’hypnose et la Désensibilisation de Chocs Emotionnels par Mouvements Oculaires (DECEMO) permettent de travailler sur la perception de tristesse sans couper les souvenirs. C’est ainsi que vous pouvez avancer et vous reconstruire.

Le deuil après un décès, une rupture, un choc.

Comment l’Hypnose et la Désensibilisation des Chocs Emotionnels vont vous aider?

Retrouver un espace sérénité : L’hypnose et DECEMO permettent de prendre de la distance du choc et des émotions pour passer un premier cap vers l’acceptation.

Évoluer vers l’acceptation : l’hypnose permet de laisser émerger le positif là où il n’y a plus que de la douleur et de l’ombre. L’acceptation de ce qui était pour évoluer vers la sérénité et la reconstruction.

Libérer les relations & les émotions : autrement comprendre, reconstruire, des histoires de vie, y trouver un autre sens. Ce passage permet de se libérer des sentiments que nous aurions souhaité transmettre à l’autre.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *